Uncategorized

Le sapeur, ce militant…

Vieux de plus de quarante ans, la S.A.P.E (Société des Ambianceurs -ou des Africains- et des Personnes Élégantes), gagne en popularité en dehors de la sphère de la communauté congolaise. Conférences, expositions, de nombreux lieux culturels parisiens ont récemment fait la promotion de ce mouvement. Néanmoins, nul ne saurait se douter du message politique qu’il porte.

photo_sape_enfantHM

© Hector Mediavilla

«On est en croisade, là. Nous sommes des militants, des soldats. »

Jocelyn Armel, dit « Le Bachelor », créateur de mode.

La sape semble ne pas n’être qu’une affaire d’élégance. Elle a une dimension politique que l’on ne lui soupçonnerait pas. En faveur de quoi les sapeurs militent-ils ? Dans un premier temps, pour un changement de mentalité. Les premières générations de sapeurs ont coutume de dépenser des sommes astronomiques dans de grandes marques pour se vêtir, et ce, au prix de nombreux sacrifices personnels. Peu importe la façon dont les pièces sont portées, les sommes dépensées ont toujours été une garantie d’authenticité et d’élégance à leurs yeux.

5147509-7682237

©Héctor Mediavilla

La nouvelle génération dont « Le Bachelor », créateur de mode et propriétaire de boutique, semble être un des chefs de fil, veut favoriser la consommation de marques congolaises faites par et pour les congolais, et ainsi encourager le développement des jeunes créateurs et des chefs d’entreprise de la communauté. Il s’agit créer une solidarité autour d’une passion commune. C’est magazine à la main, pointant un article traitant de la sape congolaise, de son essor, ainsi que de sa propre marque « Connivences », que le « Le Bachelor » lance avec fierté, mais également avec un certain agacement: « Voilà, on parle de nous, c’est très bien. On a cessé de nous voir comme des clowns, mais qu’on arrête de nous parler de dandysme à l’africaine ! » Cette différence entre le dandysme et la sape, « Le Bachelor » y tient, et pour cause : La sape est l’expression de la créativité des congolais de Brazzaville et de Kinshasa.

« Elle est difficile à expliquer à un non-africain, cela fait partie de nous. Nous avons fait un pied de nez à notre misère en arborant de belles couleurs… nous les faisons chanter… c’est à nous. Et comme toute chose, soit on nous le vole, soit on le tourne en ridicule !… Vu que nous ne sommes pas supposés savoir compter jusqu’à dix, nous ne sommes pas non plus sensés nous montrer créatifs ! …»

©Héctor Mediavilla

©Héctor Mediavilla

 

Leur autre combat, est celui d’affirmer la légitimité de la sape. De montrer qu’elle n’est pas une projection du dandysme à travers le prisme des stéréotypes autour des africains. Qu’il s’agit bien d’une création originale qui définit ses propres canons, et qui tend à être reconnue comme telle.

« … Le dandysme a une histoire, ça n’est pas la nôtre. La sape c’est notre histoire. On dirait que le sapeur n’est qu’une pâle copie du dandy sauce gombo !».

Charden Madede, président de l’association Banaponton, travaille à la promotion de cette idée, notamment par la création d’un festival de la sape, qui se veut être la célébration de la créativité congolaise et un espace d’échange visant à faire prendre conscience de l’importance des enjeux qui entourent la popularisation de la sape auprès des non-africains.

©  Baudouin Mouanda

© Baudouin Mouanda

Ce qui de prime abord semble être un phénomène de mode excentrique est, en réalité, un mouvement vieux de la fin des années soixante qui, avec le temps s’est politisé. La sape : c’est prôner l’unité des deux Congos, et par extension de l’Afrique, autour de l’amour de l’élégance. C’est tourner le dos à cette tradition coloniale qui tend à imposer sa culture et ses codes, notamment en matière de mode. C’est montrer le potentiel et le pouvoir que pourraient détenir les africains en tant que consommateurs et créateurs s’ils décident d’encourager leurs propres initiatives. C’est l’affirmation d’une identité.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s