Art / Culture / Reportage en français

Carton jaune pour Nuit Blanche

L’événement dédié à la création contemporaine a une nouvelle fois envahi Paris. Début octobre, la capitale s’est prêtée au jeu de la déambulation artistique avec plus ou moins de succès. Retour sur ce parcours nocturne.

hdv

De l’état solide à liquide. Les blocs de glaces colorés de Zhenchen Liu ont fondu tout au long de la soirée sur le parvis de l’Hôtel de Ville (Ice Monument) © Rog01

Balades nocturnes et art contemporain. Voici comment peut être décrite la Nuit Blanche. C’est dans la nuit du 3 au 4 octobre 2015 que s’est déroulée la quatorzième édition de la célèbre manifestation culturelle à Paris. José-Manuel Gonçalvès, actuel dirigeant du centre culturel Le Centquatre, revêtit pour la deuxième fois consécutive la veste de directeur artistique.

A l’occasion de la Conférence mondiale sur le Climat de décembre prochain, l’événement a été placé sous le signe du changement climatique. L’édition 2015 de la Nuit Blanche a également eu pour thème le rapport entre la ville et le citadin. Plus d’une trentaine d’artistes français et étrangers ont pu investir la ville lumière le temps d’une nuit.

azz

La fragilité des corps humains symbolisés par les personnages de glace de Néle Azevedo (Minimum Monument) © Rog01

Cent-trente œuvres éphémères ont été disséminées dans la capitale. Hôtel de Ville, parc Monceau, Petite Ceinture ou encore Gare du Nord et Aubervilliers, l’événement culturel a offert la possibilité de se balader dans les rues parisiennes et au-delà.

Au programme : des œuvres monumentales, des performances ou encore des installations visuelles et sonores. Par exemple, l’artiste brésilienne Néle Azevedo a installé sur les escaliers du square Aristide-Cavaillé-Coll (10e), des petits personnages de glace amenés à fondre lentement tout au long de la soirée. Sur le même thème de l’éphémère, l’allemand Julius Propp a investi la rue de l’Aqueduc (10e) avec Bit.Fall, un écran de gouttes d’eau sur lequel glissaient des mots. Quant à l’artiste Cyclops, il a animé la façade de l’ancienne Gare de Saint-Ouen (18e) à travers une projection d’images psychédéliques sur fond sonore live.

propp

Cascade de mots sur écran liquide par Julius Propp (Bit.Fall) © Rog01

Seul hic, et pas des moindres : des rues bondées et des heures de queue pour pouvoir approcher certaines installations. L’araignée géante du belvédère du parc Martin-Luther-King (17e) n’était accessible qu’après une longue attente. Il fallait aussi s’armer de patience pour accéder aux œuvres situées au niveau de la Petite Ceinture (18e), une ancienne ligne de chemin de fer aujourd’hui désaffectée. Dans une foule qui va dans un sens et dans l’autre, les conditions n’étaient pas idéales pour contempler les créations et performances. Certaines œuvres sélectionnées avaient également de quoi laisser perplexe tout curieux d’art contemporain. 

Autre déconvenue, cette fois-ci sur le plan de l’organisation. Certains lieux censés être ouverts sont restés fermés au public sans aucune explication. C’est le cas de l’église Sainte-Marie des Batignolles (17e) supposée accueillir la sculpture et performance des artistes Pascale Marthine Tayou et Olafur Eliasson. Sans oublier que les plans des parcours, sur papier ou sur l’application mobile, n’ont pas été très utiles en raison de leur imprécision.

La Nuit Blanche se veut être l’illustration du concept « d’art pour tous ». Dans les faits, l’accès aux œuvres est limité à cause de la foule et des files d’attente. A l’instar de cet événement parisien, on peut se poser la question si de telles manifestations culturelles permettent de vraiment découvrir l’art contemporain.  

De cette édition 2015, il n’y a qu’une chose à retenir : la Nuit Blanche appartient à ceux qui arrivent avant la tombée du jour.

Cécilia Naquin

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s