Cinema / Reportage en français

“L’étudiante et Monsieur Henri” : une adaptation réussie

Le dernier film d’Ivan Calbérac n’est pas le premier à transférer son histoire du sixième art (théâtre) vers le septième (cinéma), mais il offre du renouveau au cinéma français. Et ça fait du bien.

 

Il est vieux, elle est jeune.

Il est solitaire, râleur et renfermé. Elle est pétillante, belle et perdue dans la vie.

Henri et Constance, les deux personnages centraux de ce nouveau film, forment un duo électrique sur grand écran grâce à leur (grande) différence d’âge. Ils doivent cette situation à Paul, le fils d’Henri : le quadragénaire veut que son père ait de la compagnie et de l’assistance au quotidien, le tout contre un loyer à prix cassé. Ce loyer parisien descendra encore quand Monsieur Henri proposera un marché peu conventionnel à sa jeune locataire. Le petit équilibre familial entre le vieillard et son fils en sera alors bouleversé…

En créant "L'étudiante et Monsieur Henri", Ivan Calbérac voulait "mettre face à face deux personnages à des moments opposés de leur vie, un qui la commence, un autre qui la termine." Ref: Dossier de Presse 2015 © StudioCanal

En créant “L’étudiante et Monsieur Henri”, Ivan Calbérac voulait “mettre face à face deux personnages à des
moments opposés de leur vie, un qui la commence, un autre qui la termine.” Ref: Dossier de Presse 2015 © StudioCanal

 

L’origine

L’histoire de L’étudiante et Monsieur Henri a été créée par Ivan Calbérac pour le théâtre, et son succès en 2012 a convaincu l’auteur de l’adapter au cinéma. Ce changement de format débarrasse le film de la contrainte théâtrale des unités de temps, de lieux et d’intrigue. Sur les planches, une histoire se doit d’être courte et concise.

L'étudianteEtMonsieurHenriTheatre

La tradition de l’ “unité de lieu” au théâtre correspondait à l’idée originale d’Ivan Calbérac lorsqu’il a écrit la pièce. © Stéphane Audran, Photo non libre de droit

A l’écran, L’étudiante et Monsieur Henri se permet de nombreux décors, plusieurs intrigues secondaires et une durée de trois mois. Le film va même jusqu’à pousser l’action à l’étranger…. Ce qui n’empêche pas le scénario d’être parfois prévisible. Heureusement, son charme et son humour n’en pâtissent pas.

 

L’étudiante et Monsieur Henri ne se prive pas d’un casting “grands noms français.” Claude Brasseur (Henri), Frédérique Bel (Valérie) et Guillaume de Tonquédec (Paul) confèrent au film un aspect de cinéma populaire à la française. Le vieux grognon, la belle-fille coincée et le fils timide sont bien incarnés par les trois comédiens.

 

C’est pourtant sur les épaules de la jeune inconnue Noémie Schmidt que repose l’intérêt du film. Elle joue Constance, le personnage principal, avec une sincérité touchante. Tandis que son manque d’expérience se ressent parfois durant le long-métrage, son duo avec Claude Brasseur marche très bien à l’écran. Il apporte le charme central de l’histoire, et il crée le rire dans la salle.

 

Avec ce premier rôle, Noémie Schidmt a beaucoup appris auprès de Claude Brasseur. Ref : Dossier de Presse 2015 © StudioCanal

Avec ce premier rôle, Noémie Schidmt a beaucoup appris auprès de Claude Brasseur. Ref : Dossier de Presse 2015 © StudioCanal

 

Pendant 93 minutes, le public est témoin de l’amitié naissante puis concrète entre l’étudiante et Monsieur Henri. La fin du film, belle et prévisible, conclut cette amitié à travers une morale simple sur la vie et la relation aux autres. L’étudiante et Monsieur Henri mérite de marquer le cinéma français. Depuis Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain (Jean-Pierre Jeunet, 2001), on n’avait pas vu Paris aussi bien capté par un cinéaste.

 

Marianne HECART

 

Réalisateur, scénario : Ivan Calbérac

Production : Mandarin Cinéma, StudioCanal

Producteurs : Isabelle Grellat Doublet, Eric Altmayer, Nicolas Altmayer

Casting : Claude Brasseur (Henri), Guillaume de Tonquédec (Paul), Noémie Schmidt (Constance), Frédérique Bel (Valérie)

Genre : Comédie

Nationalité : Française

Date de sortie : 7 octobre 2015

Durée : 98 minutes

Costumes : Claire Lacaze

Photographie : Vincent Mathias

Son : Philippe Fabbri, Damien Aubry, Emmanuelle Croset

Musique : Laurent Aknin

Montage : Hervé Guichard

Distributeurs : StudioCanal

 

Photos du film et citations : Dossier de Presse

Photo de la pièce de théâtre : Stéphane Audran Photographie

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s